Indochine

Tant Quan, entre lagune et Pacifique 8

Un côté de la maison était donc privé de sa véranda extérieure. Mon père fit rebâtir la partie centrale qui protégeait la porte d’entrée, mais c’est de l’autre côté que nous nous tenions en général, du côté mer, à l’ombre l’après- midi. Pour les repas, nous étions de préférence du côté sud, non loin du bâtiment qui abritait la cuisine. ... Read More »

Tant Quan, entre lagune et Pacifique 7

Mon père fouilla dans sa pharmacie. Il avait du sérum anti-venimeux, il en était sûr. Mais il ne trouvait rien. Il ne voyait rien. Le temps pressait, il fallait emmener Odin dans un hôpital le plus rapidement possible. En voiture, ils parcoururent les cent kilomètres qui les séparaient de Qui Nhon. Le médecin de l’hôpital avait bien du sérum, mais ... Read More »

Tant Quan, entre lagune et Pacifique 6

Après son travail, mon père aimait se promener sur la plage. Je le suivais très souvent. Il me donnait la main et me racontait des histoires que je trouvais passionnantes. La Bible lui fournissait un fonds inépuisable. Il pouvait recommencer l’histoire d’Adam et Eve au Paradis terrestre, entourés de tous les animaux féroces aussi doux que des agneaux, je ne ... Read More »

Tant Quan, entre lagune et Pacifique 5

Avec cinq garçons à la maison, mes jeux, on le conçoit, n’étaient pas ceux que l’on attendrait chez une fille. Parmi les jouets, il n’y avait pas de poupée. Un jour, l’épouse d’un administrateur, qui avait plusieurs filles, donna à mon père, à mon intention, une poupée en porcelaine, aux yeux bleus qui s’ouvraient et se fermaient quand on l’inclinait, ... Read More »

Tant Quan, entre lagune et Pacifique 4

Notre vie à Tarn Quan se déroulait au sein du noyau familial augmenté des auxiliaires qui venaient la rendre facile et agréable. Le personnel de la maison était relativement nombreux et peu onéreux, à tel point que la bonne ou le boy avaient eux-mêmes un petit domestique pour les servir. Pour nous, les serviteurs faisaient partie de la maison, ils ... Read More »

Tant Quan, entre lagune et Pacifique 3

Nous étions heureux, à Tarn Quan. Nous avions, les enfants, tout l’espace dont nous pouvions rêver et de grands arbres dans le parc : un banyan étreignait de ses branches puissantes un pigeonnier d’où s’échappaient des roucoulements et des battements d’ailes. Les deux pigeons de La Fontaine qui s’aimaient d’amour tendre, s’aimeront toujours d’amour tendre pour moi, dans mon pigeonnier ... Read More »

Tant Quan, entre lagune et Pacifique 2

C’est dans la lagune que plus tard nous apprîmes à nager, Charley et moi. Nous avions reçu les premiers rudiments de la brasse et répété ses mouvements sur un tabouret pliant en toile, puis nous les avions exécutés non loin de la rive, accompagnés d’un grand frère. Nous n’eûmes le droit de faire nos premières brasses seuls en mer que ... Read More »

Tant Quan, entre lagune et Pacifique

J’ai l’impression que ma vie a commencé à Tarn Quan. Je me revois, lors de notre arrivée, sur le bac qui traverse la lagune, avec mon frère Charley et nos parents. Je n’ai pas trois ans, mais à partir de ce moment, ma mémoire va tout emmagasiner. Je me souviens des petits crabes multicolores et babillards qui menaient, dans les ... Read More »

Avant-propos

L’Indochine de mon enfance est celle des années 1937-1946, d’abord années de douceur de la très tendre enfance, puis années où la raison vient d’autant plus vite que les événements l’exigent. Lorsque la guerre fut déclarée en 1939, rien ne changea réellement pour les Européens d’Indochine, si ce n’est que les communications cessèrent peu à peu avec la mère patrie. ... Read More »